nouveautés :

Une Histoire du Namurois (tome 3 l'Epoque contemporaine) - Marc Ronvaux

Le dernier volume de cette Histoire du Namurois court de la période française, au lendemain de la bataille de Fleurus (1794), aux jours que nous vivons. Cette partie de notre histoire locale est paradoxalement la mois bien connue, celle de l'après-guerre n'avait même jamais été écrite. En dix chapiutres, voici comment la modeste préfecture du département de Sambre-et-Meuse est devenue l'improbable capitale wallonne. Si le carcan de ses remparts urbains a éclaté en 1862,  les entraves des esprits ne sont pas tombées pour autant. A l'écart de la révolution industrielle, bourgeoise, catholique, timide sinon timorée, Nampur a lentement dépassé les misères du XIXe siècle pour cultiver le bien vivre paisible qui fait son identité.

Prix : 25 € (port offert !)

 

Une Histoire du Namurois (tome 2 : les Temps modernes) - Marc Ronvaux

A la mort de son comte Jean III en 1429, Namur tombe dans l'escarcelle de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Son destin se décide désormais ailleurs, au sein des Pays-Bas, avec lesquels le comté passe successivement aux Habsbourg, à l'Espagne et à l'Autriche, au fil des grands arbitrages européens. On découvre peu à peu l'intérêt stratégique d'une place qui devient le rendez-vous obligé des armées. Sa population connaît les embarras d'une ville de garnison, les sièges, mais aussi les caprices de la nature ou les agitations religieuses. Ville de religieux et de robins, soumise à tous ceux qui s'emparent d'elle, Namur reste viscéralement attachée à ses traditions ; elle est surprise quand arrive le temps des idées neuves et des révolutions.

Prix : 25 € (port offert !)





Le milicien- Theun de Vries (traduction de Christian Marcipont)

Amsterdam, à l'orée de la Deuxième Guerre mondiale. la crise économique sévit, s'acharnant en particulier sur la classe moyenne. Frans Dijkgraaf, fils de petits épiciers, se sait prédestiné à une existence médiocre. Quand la voix de l'Allemagne trouve écho dans le fanatisme de la milice, Frans croit tenir sa revanche. Mais l'Allemagne envahit les Pays-Bas : Frans prend alors tragiquement conscience que son adhésion au fascisme n'est pas une vue de l'esprit. Une traduction de W.A.-Man, de Theun de Vries (1907-2005), paru dans la clandestinité en 1944.

prix : 10 € (port offert)